USA – Dimanche de pâque ou les intentions new-yorkaises

La veille du dimanche de pâque j’avais pu appeler ma famille en France et eux s’étaient fait un malin plaisir à se moquer de moi arguant que je n’aurais le droit ni aux oeufs en chocolat ni à un traditionnel bon repas. Et pourtant ma pâque se déroula d’une manière idéale. Comme un condensé de la gentillesse que j’avais pu côtoyée en une dizaine de jours dans l’état de New-York, les habitants se surpassèrent de petites intentions.

Au cours de la semaine qui s’était écoulée un curé avait renfloué mes finances, une patronne de snack m’avait offert un petit déjeuner gargantuesque, un couple avait rempli mes sacoches de snacks et de fruits, des cyclistes m’avaient payé des cafés pour me réchauffer et donné de précieuses indications pour me diriger, et pour finir on était venu me chercher spontanément en voiture à la sortie d’un bibliothèque pour m’offrir de dormir dans une étable.

Après avoir passé les chutes de Niagara de bonnes indications m’avaient amenées à suivre un axe historique direction plein Est : le canal Erie reliant les grands lacs à New-York (dans une vision simplifiée). Dans l’Ohio et l’Indiana lorsque je suivais à contre-sens la route historique des pionniers, j’avais été marqué par le processus de fantôme-isation des petites villes sur le chemin. Le long du canal la situation est bien différente : la vie et les petits magasins sont encore présents dans le centre des villages relais coupés par le trajet du canal. J’attribue la deuxième vie de ses agglomérations au tourisme et aux efforts accomplis pour mettre en valeur les abords du canal… mais ma vision est sûrement limitée.

Quoi qu’il en soit au matin du dimanche de pâque je me trouvais encore à dormir sur un bout de terrain le long de ce canal lorsqu’une voix commença à m’appeler. Je me réveillais et baragouinais quelques mots à mon réveil humain en tentant de sortir la tête et ce qui vient ensuite en dehors de mon sac de couchage transformé en carapace de chaleur. J’ouvris la tente et découvris un cycliste à quelques pas de moi. Soulagement il ne s’agissait pas d’un nouveau flic zélé. Mon cerveau se mit en marche et je reconnus mon visiteur : il s’agissait d’un cycliste rencontré la veille qui m’avait indiqué l’endroit pour dormir. Il avait enfourché sa machine ce matin-là pour venir me livrer une tasse de café chaud. Le café dégusté, mon livreur du matin s’en retourna dans sa famille et moi dans ma tente. A mon deuxième lever je n’eus pas de nouveau café chaud, mais je trouvai un nouveau cadeau au pied de mon vélo : un petit livre des témoins de Jéhovah. Voici une journée qui débutait bien.

Mon trajet du matin fut court. Après quelques kilomètres mon pneu arrière commençant à rendre l’âme je fus victime d’une crevaison. Une de trop après mes deux crevaisons sous la neige quelques jours plu tôt. Je décidai de changer le pneu. Procédant à mes petites réparations sur le bord du chemin, un couple austro-américain m’aborda. Nous discutâmes quelques minutes et bientôt ils m’invitèrent de venir prendre un petit déjeuner chez eux. En fait de petit déjeuner ce fut quasiment un repas complet auquel j’eus le droit. Je partis de chez mes hôtes après quelques heures de pause, mes poches alourdies d’un petit sac rempli d’oeufs en chocolat.

L’après-midi se déroula normalement. En soirée je m’arrêtai dans un camping à la ferme qui n’était pas encore ouvert. Les propriétaires me laissèrent planter gratuitement ma tente. Mon vélo sur un emplacement, la tente prête à être dépliée, je retournais chez les fermiers demander de remplir les gourdes. Finalement ils m’invitèrent à partager leur dinde de pâque avec leur famille. Ainsi bien que je me trouvais loin de la France j’eus le droit à mes oeufs en chocolat et à un bon repas de famille. Et ma gourmandise fut satisfaite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s