USA – Aventure en pays amish

On m’avait prévenu : tu vas rentrer en pays Amish. Deux jours après mon entrée en Ohio, sur le bord de la route quelques panneaux de signalisation commencèrent à mettre en garde les automobilistes : des carrioles (buggys) étaient susceptibles d’emprunter les voies goudronnées. Il me fallut attendre quelques milles de plus pour croiser mon premier attelage. Un cheval fringuant, ½illères bien en place tirait une carriole noire à quatre roues. Au cul de la machine, un triangle réfléchissant aidé de deux petites lampes prévenaient les automobilistes par faible visibilité. Sur le devant deux lampes éclairaient la voie. Pour moi, les sabots martelant le sol suffisaient à me prévenir. Derrière une vitre protégeant de la pluie et du vent un patriarche à la barbe grisonnant et à l’air renfrogné menait l’attelage. A ses côtés, une femme (femme ou fille je ne sais pas) portait sur sa tête la coiffe traditionnelle. Me voici en pays Amish.

Sur un côté de la highway que je chevauchais, une piste cyclable m’invita à la prendre. Je m’y engouffrai, elle allait dans une direction qui me convenait. Un côté pour les vélos, l’autre pour les buggys amishs. Quelques miles et carrioles plus tard je débarquai dans mon premier village amish. La tolérance est ici de bon ton. Voitures à moteur et à cheval se partagent la route, amishs et non-amishs vivent dans de mêmes communautés. Un magasin proposait de laver autos et buggys ; au pied de l’épicerie un attelage était accroché dans un espace réservé. Je poursuivis ma route m’enfonçant toujours plus.

Je passais deux villages puis il fut temps pour moi de m’arrêter. A la sortie du troisième à la fin d’une petite côte, je m’engageai dans le court chemin menant à une ferme. Une belle grange surplombant un talus me paraissait être l’endroit adéquat pour y passer la nuit. Pas de voiture dans la cour, aucun câble n’allant jusqu’à la maison : il devait s’agir d’une habitation amish. Je frappais à la porte et j’eus rapidement confirmation. La mère de famille qui m’ouvrit, coiffe sur la tête empêchait quelques uns de ses quinze enfants de sortir alors qu’elle répondait à mes questions. Dans une pièce plus éloignée certaines de ses filles travaillaient sur un ouvrage de tissus. La femme alla trouver le père de famille alors que celui-ci revenait des champs pour le consulter.

Ils discutèrent un peu dans leur langue faite de patois allemand, je ré-expliquai au père, et le couple accepta que je passasse la nuit dans la paille de la grange. Ne pas faire de feu fut la seule consigne. Je m’installais discutant successivement avec les deux fils aînés. Ils me racontaient un peu leur vie, m’interrogeant sur ce que je faisais. Le père revint après avoir rangé un vieux tracteur (petite dérogation à la tradition). Ils continuèrent à me parler de leur manière de vivre ignorant la modernité : leurs écoles à porter de marche à pied, leurs quarantaines de vaches à traire à la main, leurs chevaux, leur langue, leur organisation religieuse tournante (chaque maison tour à tour sert d’église). Finalement le père après avoir pris l’avis de sa femme m’offrit de dormir au chaud dans leur maison. Je ne refusai bien sûr pas. La discussion se poursuivit dans la soirée à la lumière des lampes à pétroles (et des quelques lampes électriques). Eux allait se lever à 5h pour la traite, moi je poussais en faignant que je suis mon sommeil au delà des 7h. Je loupais la prière matinale. Un bon petit déjeuner arrosé de lait frais et je repris la route.

1 comment

  1. j’ai vu quelques photos sur le web de villages amish, ca fait très « petite maison dans la prairie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s