USA – C’est pas l’Larzac. Présumé coupable

Fremont, Missouri. Je me voyais bien y passer une nuit sympathique. Une semaine et demi que je montais et descendais au grès de ma route à travers le plateau Ozark. Une communauté avec un nom sonnant français me paraissait toute désignée pour me donner un peu de repos. Au bas d’une descente, un élevage canin et surtout de superbes étendues vertes n’attendant plus que ma tente. Je frappai à la porte. La propriétaire apparut et me fit une réponse qui sonnait comme du déjà entendu. Elle me désigna amicalement un endroit qui conviendrait à coup sûr : au milieu du village, un parc avec des tables. Personne ne viendrait m’y embêter me disait-elle.

Arrivant au centre du village, je découvris le parc qui s’apparentait plus à la place centrale. Impossible d’y passer inaperçu. Je me mis donc en quête de quelqu’un pouvant me confirmer que je n’aurais pas de problème. Une voisine m’indiqua que personne n’était vraiment responsable mais elle ne voyait pas d’inconvénients à ce que je plante ma tente. Je lui demandai si il n’y avait pas un représentant du comté à vivre ici. Elle m’indiqua la maison du Shérif. Parfait pensais-je.

Je me rendis chez lui. Dans son jardin quatre ou cinq gamins jouaient à se balancer des morceaux de bois sous la responsabilité complice de leur grande sœur. Je lui demandai si ses parents étaient là. D’un signe de la tête elle me fit comprendre que non. Je poursuivis mon monologue en lui demandant de faire passer un message à son père. Revenant sur mon lieu probable de campement, je rencontrai un nouveau voisin. Pour lui aussi pas de problème, je pouvais planter ma tente pour la nuit.

Rassuré de tout côté je m’installais donc. Ce fut lorsque je commençais à me mettre à mes fourneaux que la voiture du shérif arriva. Pensant que le message était passé, je m’avançais vers la voiture avec un grand sourire et les salutations usuelles. De l’autre côté les seules réponses que je reçus furent des menaces… quelque chose ne tournait pas rond. Quelques minutes plus tard je me trouvais menotté avec le shérif me menaçant de m’envoyer en taule non pas pour 24h mais pour une durée indéterminée. J’avais effrayé ses enfants.

La comédie se poursuivit pendant plus d’une heure avec vérification de mes papiers, fouille complète de mes sacs et interrogatoire en règle par le shérif – qui n’était en fait que sous-fifre – et une de ses collègues. Au final puisque le voisinage au complet était d’accord pour me laisser passer la nuit ici, mon ami shérif n’eut d’autre choix que de me libérer les mains. Lui et sa collègue me quittèrent en m’interdisant formellement d’aller sonner aux portes du voisinage sous peine d’emprisonnement immédiat.

4 comments

  1. Coucou
    Peut-être que les cheveux coupés et la barbe rasée éviterait de faire peur aux enfants et donc t’éviter des soucis avec la police ….

  2. N’oublies jamais qu’aux zétazunis, il ne faut pas prendre l’ascenceur seul avec une femme aussi…

    Mais je suis d’accord un peu de ménage dans ta chevelure et barbe ne sont pas un luxe lol Ou alors achête une tenue rouge et blanche.

    Salut.

  3. tes tatouages de tete de mort dans le cou et sur les phalanges ça le fait peut être pas non plus … :p
    J’espère que celui la tu l’as remercié pour son accueil, son humanité, et sa haute ouverture d’esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s