FRANCE – Première nuit ou ma première défaite contre la nature



Premier campement

Je reviens un peu arrière pour parler de cette première nuit où l’aventure a finalement commencé. Comme évoqué dans un précédent message, mon étape prologue s’était terminée par une nuit dans un bon lit douillet chez mon oncle et ma tante. Ce serait donc mon deuxième jour de pédalage qui me permettrait de me mettre en condition sur ce qui sera ma vie pour les mois à venir : chaque soir, une éternelle quête pour trouver le lieu le plus approprié pour planter la tente.

Je dois dire que pour ce premier soir je fus plutôt bien inspiré. C’est donc près de Briouze que je quittai la départementale sur laquelle je me trouvais pour me mettre en recherche. Première ferme…

Je descendis de mon vélo avant de pénétrer dans la cour, je me découvris, me recoiffai un coup. Je réajustai encore ma tenue puis je frappai à la porte. Une femme vint m’ouvrir ; et comme un signe du destin, un chaton gris surgit en même temps de sa cachette près de la fenêtre. Ce chaton mérite un petit flash back sur une des aventures de la Sophos Exercitus.

Nous étions parti avec nos bicyclettes pour un tour de la Belgique, il y a de ça quelques années. Je passerai sur les petites mésaventures et les gentilles anecdotes pour m’arrêter sur ce qui nous tomba dessus alors que nous roulions sous la pluie ardenaise. Au détour d’un chemin forestier, je ne sais plus lequel d’entre-nous (mais ça devait être l’un des Orains) apperçut un chaton qui s’aventurait près de la route. Il suivit la piste et finalement trouva un carton dans lequel se trouvait 3 chatons supplémentaires. Et, ce sont ces 4 chatons qui terminèrent le voyage avec nous dans nos sacoches et qui finirent dispersés dans nos différentes familles.

C’est donc à cette histoire que fatalement je pensai lorsque ce chaton normand montra son nez; d’autant plus que la patronne ne manqua pas de me raconter qu’il avait aussi été abandonné et qu’il avait trouvé refuge chez eux. Tout en discutant de la triste destiné des chats abandonnés et de mon désir de trouver un petit bout de terrain pour monter ma tente; le mari arriva.

Cette première demande aurait pu se terminer par un refus, je m’y étais préparé, mais finalement ce fut un oui que je n’eu pas de mal à acquérir. Ce oui fut d’autant plus agréable qu’il fut accompagné le soir par un apéritif et le lendemain matin par un bon café. Mon aventure normande se poursuivait de la meilleure des manières.

La soirée commençait donc bien. Je la poursuivis par mon premier plat de pâtes. C’est alors que le chaton gris commença à tourner autour de la tente. Et lorsque je voulus me coucher, il ne manqua pas de venir gratter pour essayer de rentrer. J’avais beau le repousser, le jeter, l’éloigner. Il revenait sans cesse. Et bien au chaud dans mon duvet, je l’entendais faire le tour de la toile. Au bout d’une heure de lutte acharnée, je finis par déposer les armes et me laisser envahir par le sommeil. Je le retrouvis donc au matin, vicorieux, qui avait trouvait un endroit parfait pour passer la nuit : sur le toit de la toile intérieure de ma tente. Satané matou !

1 comment

  1. Salut l’ aventurier,
    J’ espère que tout roulr pour toi, c’ est le cas de le dire.J’ espère que tu as retrouvé le beau temps.A bientot et courage.
    Christian le Vendéen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s