IRLANDE – L’hospitalite se termine la ou commence le jardin



Joli jardin

Je reprends sur mon accueil sur la Terre d’Irlande. Une fois la premiere route de campagne empruntee, ce fut le vent du sud qui me souhaita d’abord la bienvenue, un vent difficile a supporter apres 17h de traversee mais porteur d’espoirs pour les semaines a venir. Mes pensees me font alors esperer qu’il puisse me (trans)porter lorsque je me dirigerai plein Nord. Mais, je crois que c’est mal connaitre le climat irlandais. Ayant debarque le midi, ca s’annoncait etre une petite etape, et puis finalement les kms s’enchainant bien, je finis la journee a mon desormais rituel 75 bornes/jour.

Apres l’accueil de la nature, j’eu le droit a celui de l’homme. Pour bien le comprendre, il est necessaire d’avoir quelques elements. Le sud de l’Irlande s’est caracterise a mes yeux par une urbanisme tres specifique. Alors que je m attendais des mon arrivee a decouvrir l Irlande sauvage, je compris rapidement mon erreur.

Les habitations croisees tout au long du chemin de ma premiere journee et des suivantes consistaient en de belles et grandes maisons sur un sol de gazon impecablement tondu, souvent sans aucun arbre. Un splendide jardin vert seulement agremente d une alle bitumee permettant de relier la route a la demeure. La-dite allee souvent en bien meilleur etat que la route elle-meme imperturbablement defoncee. Du gazon traite avec le plus grand des respects, une proprete telle qu’on oserait effectivement pas y planter une tente. Et d’ailleurs, l’irlandais n’y pense meme pas. Ainsi donc lorsque j’eus l’occasion de demander a l’autochtone lors de mes premiers jours irlandais, j’eu toujours le droit a des refus, mais parfois accompagnes d’un sac de fruit. Il en existe de plus desagreables.

A cette premiere difficulte s’ajoute celle que j’avais commence a rencontrer dans mes derniers jours normands qui sont les fermes sans ferme. Par cela je parle de ces fermettes dont ne sont plus utilises que les batiments fonctionnels, les batiments d’habitation etant laisses a l’abandon au profis de maisons neuves a quelques kms. Il est alors difficile de savoir a qui s’adresser pour pouvoir s’installer sans etre inquieter. Je commence maintenant a avoir une certaine dexterite pour obtenir les informations me permettant de m’installer sans soucis.

Au final de cette premiere journee irlandaise, je finis donc par m’installer en camping sauvage au bord d’une route. Heureusement, cette situation sut s’arranger dans les jours qui suivirent puisque je trouvai a loger dans des fermes.

4 comments

  1. L’irlande doit être un très joli pays,avec beaucoup de plaines et de verdure.J’espère que ce petit périple se déroule comme tu le souhaite, en ce qui me concerne c’est ce que je te souhaite.

    Amicalement

    (peut-tu m’envoyer ton adresse mail car j’aimerais te demander quelque chose si possible)

  2. Salut Romain,

    J’ai loupé ton pot de départ (et je m’en excuse), mais apparemment, je n’ai pas loupé ton départ, et je suis content que ton tour du monde est bien débuté, et qu’il se passe bien.
    Le BET te souhaite plein de choses merveilleuses, et félicitations pour tes posts intéressants à lire, plus les photos.

    Bon vent, et bon courage

    ps : n’abime pas les gazons…

  3. Si tu vas pédaler du côté de Cong ou Maam Cross dans le Conemara, tu verras peut être le fantôme de John Wayne en train de rejouer la célèbre bagarre du film « l’homme tranquille ». C’est là qu’elle a été tournée.
    Bonne ballade
    philippe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s